dimanche 27 juillet 2008

Histoire et musique à la Roque d'Anthéron

Pierre-Laurent Aimard jouait l’autre soir dans le parc du château de La Roque d’Anthéron, l’Art de la fugue, dernière œuvre de Bach, exercice difficile pour le concert tant on considère cette œuvre comme un jalon de l’histoire de la musique, un outil de travail et de lecture plus qu’une pièce pour l’amusement et le délassement. Ce fut un moment émouvant, surtout la fugue interrompue de la fin sur le nom de B.A.C.H., même si Pierre-Laurent Aimard nous faisait trop entendre le clavecin dans sa façon de décortiquer et d’analyser cette œuvre. Sous les grands arbres du parc, les concerts se doublent de musiques naturelles des cigales, des oiseaux, puis des grenouilles et des grillons au fur et à mesure que la nuit provençale tombe avec le serin sur le public enthousiaste. Chaque année nous retrouvons ces impressions magiques de ce lieu qui est le fruit d’une branche de la maison de Forbin, issue de Palamède de Forbin qui aida, dit-on, le dernier comte de Provence, Charles III à tester en faveur de son cousin Louis XI. Le roi le récompensa en le nommant sénéchal de Provence avec les pleins pouvoirs, en lui disant « Tu m’as fait comte, je te fais roi »…La branche des seigneurs de La Roque ou la Roque-Gontard comme on disait alors, construisit le château au XVIe siècle, aménagea les jardins aux XVIIe et XVIIIe siècles et fit ériger cette terre en marquisat par Lettres patentes de Louis XIV. Elle s’éteignit en 1672 avec le mariage de l’héritière avec Claude Milan, Président à mortier au Parlement d’Aix, d’une famille de très riches néophytes aixois. Ils avaient construit en 1656 un des plus beaux hôtels du cours Mirabeau, le N° 20, outrageusement défiguré par une banque. J’ai vu démolir en une journée en 1975 l’escalier de service tout en gypseries, rabaisser les fenêtres du rez-de-chaussée, détruire les sculptures du grand salon…dans l’indifférence la plus totale, avec le regretté Louis Malbos conservateur du musée Granet. Son balcon était le plus apprécié d’Aix pour voir les processions et les jeux de la Fête Dieu.
Le château de la Roque et ce bel hôtel connu sous le nom d’hôtel de Forbin passèrent à la fille aînée du dernier Milan-Forbin mariée à son cousin, le marquis de Forbin-La Barben. Il fut guillotiné à Lyon en 1793. Leur fils cadet et héritier de La Roque d’Anthéron fut le charmant Auguste de Forbin, peintre, élève de David, le grand ami et protecteur de Granet, amant et chambellan de Pauline Borghèse, sœur de Napoléon. Il devint Directeur des Musées sous la Restauration sous l’égide de Mathieu de Montmorency. Il fut meilleur directeur que peintre, quoique Madame de Genlis lui ait consacré un ouvrage….Il aida surtout son ami Granet à rentrer en France en le nommant conservateur du château de Versailles où il peignit à l’aquarelle des vues du parc qui sont ses œuvres les plus sensibles. On peut les admirer au musée Granet d’Aix où se tient en ce moment l’exposition « Granet une vie pour la peinture», dans un affreux endroit souterrain, symbole de la restauration ratée de ce musée, mais tant pis, la peinture de Granet, proche de Corot à Rome et de Turner dans ses aquarelles, nous charme et nous séduit toujours. Et nous rappelle son ami intime Auguste de Forbin. Sans fortune et devenu trop parisien, il vendit le château de La Roque pour financer son voyage en Orient où il se posa un peu comme un rival de Chateaubriand, à la famille de Cordoue d’où il passa aux Florans qui ont donné son nom actuel au parc où se réunissent l’histoire et la musique.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Le musée Granet vous dit MERDE

Frédéric d'Agay a dit…

Quelle distinction et quelle élégance dans ce commentaire non signé! A l'incompétence s'ajoutent la lâcheté et la grossiéreté.
Frédéric d'Agay

Anne-Laure a dit…

L’auteur a bien raison, le musée Granet a perdu son âme dans cette restauration qui banalise le palais de Malte : les collections ont l’air d’être dans une boite impersonnelle qui pourrait tout aussi bien être un cube au bord de l’autoroute

Max a dit…

"Anonyme a dit…
Le musée Granet vous dit MERDE"

Voilà un commentaire d'une grande utilité! Il manque juste une signature et un peu d'argumentation!