samedi 28 mars 2009

God save the airport




There is a city in France where they are very intelligent. And of course ils pensent que we, the rest of the France, are very ploucards et retardataires. This town is Lyon. Déjà ils sont encore plus intelligents car ils ont un nom bi, je veux dire bilingue Lyon and lion it is the same in french and english, un animal rugissant et the king ....So quand on est so clever and royal on se doit de conquérir a new market and how : by english ! Of course, everybody speaks english, every tourist, traveller, customer…. Et donc il faut changer le nom ringard de «Aéroports de Lyon» et mettre son site internet en anglais, … heureusement qu’on engage des dircom – I don’t know the name in english sorry ! - qui sont aussi des penseurs, des stratèges et by un coup de magical baguette Aéroport de Lyon devient Lyonairports… musique s’il vous plait et Metro Goldwin Mayer ambiance in the fond... Un long interview on the web nous explique qu’un changement d’identité est nécessaire : «C’est l’aboutissement naturel d’une évolution profonde de l’entreprise, déjà bien engagée et qui va s’accentuer dans les années à venir. L’image véhiculée par Aéroports de Lyon ne correspond plus à sa réalité. Sa dimension de plus en plus internationale, avec plus de long-courriers, son ouverture à tous les segments de trafic comme le low cost, son dynamisme commercial, ses nouveaux services, son sens de l’accueil et sa qualité de service, sont autant de signes de ce changement. » But why now demande le complice websiteur : « Un trop grand décalage entre les actions accomplies et celles en cours introduirait un manque de cohérence dans notre démarche. Nos actions ont aussi besoin de visibilité, donc Lyonairports doit avancer. » (Musique de fonds God save the queen or Rule Britannia quoique Tiperary ne serait pas mal aussi….). Des mauvais esprits pourraient trouver qu’on risque de gommer notre identité française ? foin de ces ringardises : « Lyonairports est un puissant levier au service du développement économique de toute une région et contribue à son rayonnement international en étant visible et compris sous le nom qu’elle s’est choisi… C’est parce que nous avons profondément changé que nous changeons de nom. » Et voilà pourquoi votre fille est muette…. Nous apprenons qu’un comité de sélection de 12 membres réunis autour du directoire a choisi ce nom « international, compréhensible par tous, qui fait référence à notre ancrage territorial… court, aisément mémorisable qui peut facilement se conjuguer avec un rappel de l’activité concernée". Et surtout, the cherry on the top : « C’est un nom intemporel »….En conclusion il y a « une signature associée à la notion de plaisir, mémorisable, impactant ( I love impactant so modern !!!) Une signature construite sur les codes anglo-saxons, elle permet d’impliquer le choix personnel de la cible. Elle nous personnalise ». We could be very proud of autant d’intelligence et de sensibilité… mais comme l’état est actionnaire d’Aéroports de Lyon, le préfet du Rhône doit donner son accord and this man was not very happy at all… Dans un courrier du 20 mars dernier il demande le retrait d’une telle proposition, fustige l’utilisation de l’anglais, les dépenses prévues et son commentaire nous rassure : le bon sens francais n’est pas mort :
« Le préfet estime en effet qu'il est aujourd'hui plus essentiel d'ouvrir davantage Aéroports de Lyon à l'international, par une politique commerciale dynamique, que de n'engager qu'un simple changement de nom. Le choix de cette nouvelle signature, calquée sur les codes anglo-saxons, ne peut évidemment pas constituer une stratégie de communication adaptée aux enjeux d'un territoire dont l'économie représente 10 % du produit intérieur brut français. De plus, il juge inadmissible que certaines institutions sous-estiment à ce point le poids économique et culturel de la langue française et les valeurs qu'elle véhicule. Par ailleurs, cette démarche conduira inéluctablement à terme à effacer l'appellation et le logo Aéroport Lyon Saint-Exupéry et à se priver du coup de l'ensemble des symboles véhiculés par ce nom. Enfin, le préfet s'interroge sur le coût probablement élevé de ce changement de nom et l'opportunité d'une telle dépense en cette période de crise économique. » Merci M. le préfet !

2 commentaires:

liliba a dit…

Sûr qu'en ces temps difficiles, ce fameux aéroport, grâce à son nom international, pourra sortir du lot... Certains créas et penseurs feraient peut-être mieux de se mettre à penser à des choses plus intelligentes et primordiales... mais on peut aussi se consoler en se disant que cela va créer des emplois. So, welcome to Lyon !

picoulette a dit…

Ce saugrenu project n'a pas vu le jour, OUF !